Cette expression, vous l’entendez je pense très régulièrement. J’ai longtemps trouvé cette notion ridicule, sans doute parce que utilisée à tout va dans les domaines de la séduction et de l’amour en général. Certains magazines n’hésitent d’ailleurs pas à énumérer des astuces et autres conseils pour arriver au but apparemment ultime de la femme : se sentir femme, à savoir être séduisante et assumer ses désirs.

Dans cette article, je ne vais pas aborder les domaines de la séduction et de la féminité mais plutôt ce qui a fait qu’en l’espace de quelques mois, j’ai senti chez moi un profond changement, un changement de l’intérieur, ce que signifie pour moi ce concept de devenir une femme et comment s’est opérée chez moi cette importante mutation.

top papillons - col claudine

A 25 ans maintenant, je n’ai pas ressenti une transformation physique particulière, celle-ci est venue plutôt entre mes 18 et mes 22 ans. Ce que j’ai ressenti par contre, c’est une vraie évolution intérieure que je pourrais illustrer par cette photo ci-dessus : les papillons se sont libérées de leur chrysalide pour vivre leur vie.

Ces derniers mois, j’ai vraiment senti que ça y est, je passais un cap, j’appréhendais quelque chose de nouveau, je passais à l’âge adulte. Ce passage n’est pas liée à la date indiquée sur notre carte d’identité, il est le fruit des expériences, du vécu et des péripéties de la vie. Cette année n’a pas été la plus positive et paisible pour moi. En effet, j’ai vécu des choses très difficiles, bouleversantes et marquant le plus profond de mon être. Ressentir dans son ventre la peur de perdre ceux qu’on aime est un ressenti aussi bien physique que psychologique. Devoir prendre des décisions pour autrui fait basculer dans autre chose : un mélange de maturité et de perte d’une grande part de notre insouciance et innocence. La perte de repères requiert alors plus que jamais un sens aigu de l’adaptation.

De cette épisode compliqué, ressortent des choses positives : je me connais davantage, je me rend compte que l’on utilise en réalité qu’une toute petite part de ses capacités, j’ai constaté que je pouvais prendre des décisions importantes, appropriées et au moment opportun. Voir que ça y est, le « relais » est en marche. Tout ce qu’on m’a enseigné, tout ce qui a fait mon éducation, je peux maintenant m’en servir et accompagner les gens à mon tour.

Au fil des expériences et des montagnes à franchir, j’ai pris conscience que la vie était courte, que le temps passe et qu’il est essentiel pour moi de définir quelles sont mes priorités, ce que je considère comme important ou non.

Selon moi, se sentir « femme » revient donc à passer à l’âge adulte, à prendre conscience de sa force et à s’en servir. Etre adulte c’est prendre conscience de la valeur de la vie et peut-être prendre plus de hauteur, de la distance avec des choses qui, au final, ont une importance moindre.

Pendant longtemps, et encore récemment, j’avais du mal à m’assumer. J’ai toujours été dure et intolérante avec moi et j’ai tendance à ne rien laisser passer. Je suis très exigeante et donc ai beaucoup de mal à m’apprécier. Je me souviens qu’au début de mon adolescence et pendant longtemps après, je voûtais légèrement mon dos pour ne pas mettre en avant ma féminité naissante. Je ressentais beaucoup de difficultés à trouver une concordance entre mon « moi » intérieur et mon apparence physique. Aujourd’hui, je me sens « une », je me sens entière, une jeune femme de 25 ans. J’apprends à gérer de plus en plus mes émotions, tout en gardant ma sensibilité, un trait de personnalité qui fait ce que je suis. En utilisant une approche systémique, il n’y a aucun doute que mon environnement et moi intéragissont en permanence, d’autant plus par ma sensibilité.

A 25 ans j’ai envie d’être maître de mes choix et de les assumer. Je ne veux pas être spectatrice mais actrice de ma vie. Je souhaite que la plupart de mes rêves se réalisent et je ferai tout pour. J’ai envie de vivre de ce que j’aime, de mes passions. J’ai envie d’un jour concrétiser mes rêves personnels, de fonder à mon tour une famille et de la rendre la plus heureuse possible.

Alors pour moi, « se sentir femme », ce n’est pas un sentiment que je ressens à travers une autre personne (je fais référence à l’expression « il me fait me sentir femme ») ou pour une autre personne. Pour moi, c’est apprendre à utiliser mes ressources, ma force. Celle que nous avons naturellement au fond de nous, les femmes, et celles qui sont le fruit de mes expériences plus ou moins difficiles. « Se sentir femme » c’est être maître de mes choix et les assumer. « Se sentir femme », c’est être en connexion avec mon corps, mon état d’esprit et avancer le plus loin possible.

v2

Je ne sais pas si vous avez déjà ressenti ce basculement, chaque expérience est unique et ce serait un plaisir que de connaître la vôtre.

Passez un très bon week-end !

2 thoughts on “Se sentir femme

  1. coucou!
    je comprends entièrement ce que tu ressens, même si je n’aurais pas utiliser les mêmes termes que toi!
    je ressens et j’ai ressenti ce sentiment à deux périodes. La première lorsque j’ai emménagé seule à mes 19ans,
    et donc ce qui s’en suit le fait d’être indépendante financièrement et de devoir faire des choix.
    Et la seconde actuellement lorsque j’ai appris ma grossesse et vivre cette grossesse et ces changements dans mon
    corps, dans mon couple et dans ma et la vie 🙂
    Belle soirée

    1. Bonsoir !

      Ca me touche que tu m’aies raconté un peu de ton histoire 🙂 J’espère que ta grossesse se passe au mieux !

      Belle soirée à toi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *